A Brief History of the BCSA

 

In 2009, Dr. Afua Cooper convened a three-day Black Studies workshop at Simon Fraser University in Vancouver, British Columbia. At the conclusion of the workshop, the scholars and activists in attendance formally established the Black Canadian Studies Association to “encourage and to support research, publication, teaching and understanding of diverse Black communities in Canada and the Diaspora.” The primary objectives for the association that were established at this time were:

 

To create an institutional infrastructure of Black Canadian Studies in Canada, to support and facilitate interaction and exchange and networking between scholars, community historians and cultural workers of Black Studies here in Canada and abroad, to provide support for Black Canadian Studies scholars, academics, community historians and culture (and those of Black descent regardless of research interests and foci), and to actively encourage and support subsequent generations of scholars, researchers, community historians and cultural workers.

 

The first official meeting of the BCSA took place the following year in Edmonton, Alberta. Founding BCSA member and interim co-chair Dr. Jennifer Kelly organized a symposium at the University of Alberta from May 6-8, 2010, with the theme Making Connections: Knowledge Generation and Black / African Studies.

 

The founding principles of the BCSA were further developed and enacted through critical dialogue and exchange, many of which continue to guide the association today. These include an emphasis on “the importance of art, culture and representation,” challenging the use of academic language “as the chief medium for narrating the Black experience.” From the outset, the BCSA recognized the importance of working with members of local Black communities, the absolute necessity of “community members, community scholars and university academics” gathering and engaging in critical dialogue, and “the vital link between generations in the here and now and ancestors past whose struggles continue to shape the Black experience today."

Une brève histoire de la BCSA

 

En 2009, le Professeur Afua Cooper a organisé un séminaire de trois jours sur les études concernant les Noirs à l'Université Simon Fraser à Vancouver, en Colombie-Britannique. À la fin du séminaire, les universitaires et les activistes présents ont officiellement créé l'Association d'études canadiennes sur les Noirs afin "d'encourager et de soutenir la recherche, la publication, l'enseignement et la compréhension des diverses communautés noires au Canada et dans la diaspora". Les principaux objectifs de l'association qui avaient été fixés à cette époque étaient les suivants :

 

Créer une infrastructure institutionnelle d'études sur les canadiens Noirs au Canada, soutenir et faciliter les interactions, les échanges et le développement d’un réseau regroupant les universitaires, historiens communautaires et les travailleurs culturels impliqués dans les études sur les Noirs au Canada et à l'étranger, soutenir les universitaires, les chercheurs, les historiens communautaires et les travailleurs culturels dans le domaine des études sur les Noirs canadiens (et ceux d'origine noire, quels que soient leurs intérêts et leurs centres d'intérêt en matière de recherche), et encourager et soutenir activement les futures générations d'universitaires, de chercheurs, d'historiens communautaires et de travailleurs culturels.

 

La première réunion officielle de la BCSA s’est tenue l'année suivante à Edmonton, en Alberta. La membre fondatrice de la BCSA et coprésidente intérimaire, Dr. Jennifer Kelly, avait organisé un symposium à l'Université de l'Alberta du 6 au 8 mai 2010, sur le thème : Établir des liens : nouvelles connaissances et études noires / africaines.

 

Les principes fondamentaux de la BCSA ont été conçus et mis en œuvre à l’issue d’un dialogue et d’échanges critiques, dont la plupart continuent de guider l'association aujourd'hui. Il s'agit notamment de mettre l'accent sur "l'importance de l'art, de la culture et de la représentation", en contestant l'utilisation du langage académique "comme principal moyen de raconter l'expérience des Noirs". Dès le début, la BCSA a reconnu l'importance de travailler avec les membres des communautés noires locales, la nécessité absolue de "rassembler les membres de la communauté, la communauté savante et les universitaires" et d'engager un dialogue critique, ainsi que "le lien vital entre les générations d'ici et maintenant et les prédécesseurs dont les luttes continuent à façonner l'expérience des Noirs de nos jours."

© 2016 by Jessica Mailhiot. Proudly created with Wix.com